Depuis plusieurs années, les marchés financiers connaissent des variations importantes et surtout brutales rendant difficile la gestion pour un investisseur souhaitant simplement un rendement raisonnable et se préserver d’une diminution importante de son capital.

CAC 40 ABC Patrimoine

Les choix actuels sur le plan financier ?

Les fonds dont le risque est limité, tels les différents fonds en euros apportant le bénéfice d’une garantie en capital de la part de la compagnie d’assurance, mais en contrepartie d’une rémunération faible et diminuant chaque année.

Les fonds avec un objectif de rendement supérieur mais qui peuvent subir une baisse en valeur, qu’il sera difficile d’équilibrer avec les gains réalisés sur la partie sécurisée. Donc, aujourd’hui à part investir des gains réalisés, toute recherche de valorisation va représenter une possible perte en capital ou au mieux un rendement nul.

La réaction des investisseurs ?

L’envie d’investir quand la bourse s’envole et que l’on entend chaque jour les gains que peuvent réaliser les autres.

L’envie de protéger tous ses actifs quand tout va mal et que les cours s’effondrent. Reprise du graphique ci-dessus en zoom démontrant les mouvements (colonne) réalisés au pire des moments (haut de courbe du CAC 40) :

réaction des investisseurs

 

Autant prendre une image simple : Vous êtes sur l’autoroute et la file dans laquelle vous êtes n’avance pas du tout alors que toutes les autres ont l’air d’aller vraiment plus vite. A force de regarder les voitures passer vous changez de file, parfois en prenant un risque étant donné la différence de vitesse. Et comme par une mauvaise magie la file dans laquelle vous venez de vous insérer s’arrête net, alors que la précédente repart… En bourse comme en voiture chercher absolument à être au bon moment sur la file la plus rapide / sur l’investissement acquis au plus bas qui va s’envoler mène souvent à l’effet contraire. De la même façon, il est souvent difficile d’accepter de rester à l’arrêt pendant des heures quand d’autres avancent. Et surtout, cela peut mener à avoir des actes non prévus, sous le coup d’une « émotion » et qui ne sont, de toute façon, pas dans le cadre de ce que l’on peut appeler « réfléchi ». En terme financier, on parlera de stratégie. Afin de ne pas avoir à prendre des décisions rapides et brutales, il est important de définir à l’avance quel risque / rendement est souhaité et d’anticiper la réaction en cas de réalisation de l’un ou de l’autre.

Une stratégie éprouvée – l’entrée progressive sur les marchés au travers d’un contrat d’assurance-vie

Que ce soit par un versement mensuel ou par un capital placé sur un fonds en euros dont une partie est arbitrée chaque mois, l’idée est simple : investir de façon régulière des sommes identiques sur une sélection de fonds pouvant reproduire de forts mouvements de marché. L’intérêt étant de lisser le prix d’acquisition, notamment dans des moments ou le cours va connaître de très fortes variations à la hausse comme à la baisse. En terme financier, on parlera de forte volatilité. Dans un contrat d’assurance-vie, les mouvements entre les différents supports n’ayant pas d’incidence fiscale, vous pourrez de façon simple prévoir de protéger 100% de votre capital et d’investir un % de façon progressive sur une durée déterminée. De plus, les options d’arbitrage progressif permettent définir le seuil minimum de fonds en euros qui une fois atteint mettra fin à ces arbitrages.

volumes

Cette stratégie va permettre :
1. De profiter, d’une part, de votre patrimoine sécurisé et maîtrisé, base des arbitrages réguliers et de sécurisation des plus-values dans le temps, tout en bénéficiant d’une rémunération régulière.
2. En cas de hausse des marchés, de ne pas rester simplement sur un fonds en euros mais de capter une partie des gains par l’acquisition régulière de titres de différents fonds. Exemple d’un fonds connaissant une forte hausse – Comparaison entre un investissement cash de 20% de vos actifs et d’un arbitrage progressif de 2% par mois pendant 10 mois : 9 Plus de 80% du gain capté par arbitrage progressif.

Exemple d’un fonds connaissant une forte hausse – Comparaison entre un investissement cash de 20% de vos actifs et d’un arbitrage progressif de 2% par mois pendant 10 mois :

Capture1

3. En cas de baisse de marché, de ne pas avoir à vous poser la question d’investir ou de sécuriser. L’arbitrage automatique assurera l’achat de parts à des valeurs dégressives, permettant d’attendre et d’engranger une plus-value dès une remontée du cours ne serait-ce qu’à son cours initial.

Exemple d’un fonds connaissant une forte baisse – Comparaison entre un investissement cash de 20% de vos actifs et un arbitrage progressif de 2% par mois pendant 10 mois :

Capture2

4. De protéger votre portefeuille d’une très forte baisse. L’entrée progressive sur les marchés permet de limiter en partie les effets brusques. De plus, vous définissez, à l’origine, quelle part du fonds en euros ne pourra être désinvestie et quel pourcentage vous souhaitez arbitrer mensuellement.

Exemple : Un arbitrage de 1,2% par mois du fonds en euros sur 10 fonds dynamique, le fonds en euros ne pouvant être diminué de plus de 20%. Si aucune action de sécurisation n’a été menée en 16 mois l’arbitrage sera stoppé.

Une gestion professionnelle nécessaire

La stratégie que nous vous présentons est simple à démontrer. Ci-dessous un graphique représentant la façon dont se serait comportés (1) :
– 100 000 € investis directement sur le CAC 40 – courbe bleue
– 100 000 € placés en fonds €, arbitrés et sécurisés régulièrement –  courbe rouge

graph2_ABC

(1) Base : extraction de la reconstitution des valeurs « ouverture-clôture-plus haut-plus bas » du CAC 40 quotidienne sur le site ABCBOURSE.com depuis 1969 (rétrospective INSEE avant 1987) et simulation d’un investissement de 100 000 € laissé sur cet indice et d’un arbitrage progressif d’un fonds en euros – taux annuel du contrat AFER – de 5% par mois sur le CAC 40 et sécurisation quand la performance de la partie UC est supérieure à 2 fois le mouvements moyen cumulé de l’indice.

Alors pourquoi cette stratégie n’est-elle pas systématiquement appliquée ?

Aucune stratégie n’est magique et celle que nous vous présentons est bien connue de tous les acteurs financiers. Mais elle présente deux inconvénients majeurs : – Elle ne peut être appliquée d’une façon unique pour plusieurs clients. Chaque portefeuille doit être analysé séparément avec des arbitrages et un degré de risque adapté à l’objectif de gestion. – Elle demande beaucoup de travail de suivi des portefeuilles afin de sécuriser progressivement les gains réalisés fonds par fonds, notamment en cas de hausse des marchés. Enfin, elle ne couvre pas d’une perte éventuelle en capital, qui sera de faible intensité au début des arbitrages mais qui peut être plus importante si elle est advient au moment où une part importante du capital a été arbitrée. Ceci renforce notre conseil d’une utilisation mesurée et adaptée à votre profil d’investissement, tout en bénéficiant de l’expérience d’un professionnel ayant un regard sur vos portefeuilles. En conclusion, ce service peut être facturé en pourcentage du gain annuel réalisé supérieur au fonds en euros, vous garantissant une implication réelle pour un coût inférieur à la valeur ajoutée apportée.

 

Sebastien Sissa
ABC Patrimoine

 

Laisser une réponse